Easy Spirit Keimi Daim Talons Navy Jeu Explorer Jeu 2017 Vente France Vente Visite

B01NCAJWAU

Easy Spirit Keimi Daim Talons Navy

Easy Spirit Keimi Daim Talons Navy
  • Dessus: Autres Cuir
  • Matériau de semelle: Caoutchouc
Easy Spirit Keimi Daim Talons Navy Easy Spirit Keimi Daim Talons Navy Easy Spirit Keimi Daim Talons Navy Easy Spirit Keimi Daim Talons Navy Easy Spirit Keimi Daim Talons Navy

JUSTICE  Le patron d’un établissement de nuit du secteur Solférino-Massena, à Lille, a été reconnu coupable d’agression sexuelle contre trois étudiantes…

G.D.

Publié le 01/06/17 à 09h36 — Mis à jour le 01/06/17 à 09h55

0  COMMENTAIRE   123 PARTAGES 

La façade du Smile Club, en journée —  Google Street View

Il était accusé d’agressions sexuelles par trois étudiantes. Le patron du Smile, un bar discothèque du secteur Masséna-Solférino à Lille, a été condamné à un an de prison avec sursis et une mise à l’épreuve pendant deux ans avec obligation de soin,  annonce  La Voix du Nord .

Il leur grimpait sur le dos

A la barre, les trois victimes, âgées de 18, 19 et 22 ans, ont raconté le même scénario. Le gérant des lieux, Abdelali J., les isolait dans une pièce pour leur proposer de grimper sur leur dos. Un jeu censé tester leur résistance mais qui permettait surtout au prévenu de frotter son sexe contre leurs reins.

>> A lire aussi : Le patron d’une discothèque lilloise accusé d’agression sexuelle par une cliente

« Mon principal regret est que cette affaire vienne si tard. Il aura fallu deux ans et trois plaintes », a regretté le procureur de la République. La première plainte d’une jeune fille, en juin 2015, avait été classée sans suite. Deux autres avaient, à leur tour, déposé plainte plus tard, en septembre 2016 et en avril 2017.

« Elles le prenaient à la rigolade »

A la barre, le prévenu a admis « avoir fait ça deux ou trois autres fois, mais elles le prenaient à la rigolade ». « Les trois jeunes femmes ont accepté que mon client monte sur leur dos. L’une d’elles a aussi accepté un selfie ensuite avec lui », a plaidé Me Benoît Cousin, avocat d’Abdlali J..

Un argument réfuté par le procureur qui a évoqué une « victime n’osant pas refuser par peur ». A 48 ans, le gérant du Smile est donc condamné, mais il pourra continuer à gérer son établissement. L’interdiction, demandée par le procureur, n’a pas été retenue par les juges.

Dancing Days by Banned – rockabilly Pumps – Mary Jane Polka Dot Rouge Bleu marine/rouge

Peggie House Baskets Chaussures Jogging Course Gym Fitness Sport Lacet Sneakers Style Running Multicolore Respirante Femme Rose Pink

ARCHIVES LA PRESSE

New Balance Kv996 Bky Junior Noire Noir 38

PARTAGE

WSS 2016 Chaussures FemmeDécontractéNoir / Argent / Or / TaupeTalon AiguilleTalonsTalonsPU goldenus657 / eu37 / uk455 / cn37
Wörterbuch

DU MÊME AUTEUR

CLAUDE PLANTE

(SHERBROOKE) Un chauffard s'en tire indemne d'une embardée qui aurait pu avoir des conséquences graves, mais devra payer des amendes totalisant 1700 $ pour sa folle conduite.

Mercredi soir vers 20h15, les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) du poste de la MRC des Sources effectuaient une opération radar sur la route 255, à Asbestos. Ils ont capté un automobiliste qui circulait en direction de Danville à plus de 150 km/h dans la zone de 90, rapporte Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ en Estrie.

«En voyant les policiers, le conducteur a accéléré au lieu de s'immobiliser. Il a ensuite perdu le contrôle de son véhicule à l'intersection de la route 255 et de la rue Water, à Danville», dit-elle.

«Le véhicule a effectué une embardée à cet endroit, alors que le conducteur a tenté de prendre le virage à haute vitesse.»

Le conducteur, un homme de Trois-Rivières âgé de 23 ans, n'a pas été blessé, ajoute Mme Guindon.

«Un constat d'infraction de 1221$ et quatre points d'inaptitude lui a été signifié pour l'excès de vitesse et un autre de 482$ pour avoir pris la fuite», souligne-t-elle dans un communiqué de presse.

«Son permis de conduire a également été suspendu sept jours.»

Les policiers de la SQ continueront d'accentuer leur présence sur le réseau routier durant les vacances de la construction. Ils portent une attention particulière aux excès de vitesse, au non-port de la ceinture de sécurité, à l'utilisation du téléphone cellulaire au volant et à la capacité de conduite affaiblie par l'alcool ou les drogues, selon Aurélie Guindon.

Les concessions

Accès rapide à nos services

Facebook
VD Communication pour Espace 3000